Alexander Schwarz

schwarz.jpg

 > 1975 Doctorat ès lettres, Université de Zurich

 > 1983 Habilitation en philologie germanique, Université de Zurich

 > 1987-1993 Professeur assistant, Section d'allemand, Université de Lausanne

 > 1993-2015 Professeur ordinaire, Section d'allemand, Université de Lausanne

 > 1997-2000 Président de l'Association académique suisse de germanistique

 > 2004 Directeur du Centre de linguistique et des sciences du langage, Université de Lausanne

 > 2015 Professeur honoraire, Université de Lausanne

Alexander Schwarz nommé professeur honoraire de la Faculté des lettres

En long et en large, Alexander Schwarz, professeur ordinaire de linguistique allemande de 1993 à 2015, a parcouru la langue allemande. Il la connaît dans toutes ses facettes historiques et littéraires et dans toutes ses variantes sociales et régionales. Né en 1950 à Vienne, il passe une partie de sa scolarité aux Pays-Bas puis poursuit des études de Germanistik à Zurich et à Bonn. Sa thèse de doctorat, soutenue en 1975, concerne Otfried von Weißenburg, un auteur du IXe siècle et l’un des premiers écrivains connus de langue allemande. En 1983, il achève sa thèse d’habilitation intitulée Sprechaktgeschichte, dans laquelle il traverse l’histoire de la littérature allemande en quête de déclarations d’amour et de leurs formes linguistiques.

Alexander Schwarz développera ces approches croisées entre la linguistique, l’histoire de la langue, la philosophie du langage et la littérature tout au long de sa carrière d’enseignant et de chercheur. Cette démarche originale et quelque peu atypique le mènera à l’Université de Lausanne où il enseigne d’abord comme suppléant, puis comme professeur assistant, et à partir de 1993 comme professeur ordinaire de linguistique à la Section d’allemand. Avec ses compétences et intérêts multiples, sa curiosité à 360 degrés et son contact facile, il engage de nombreuses collaborations avec ses collègues de la discipline et bien au-delà. Car de même qu’il est ouvert aux autres, il aime partager son savoir et le transmettre aux étudiants. Un nombre important d’enseignements communs avec des collègues repose sur ce sens du partage. En dehors de la Section d’allemand et du Centre de traduction littéraire, le Centre d'études médiévales et post-médiévales ainsi que le Centre de linguistique et des sciences du langage sont devenus les plateformes de multiples colloques et conférences organisés ou co-organisés par Alexander Schwarz.

Les publications qui en résultent témoignent de l’interdisciplinarité appliquée que pratique Alexander Schwarz. Elles couvrent un large éventail de sujets, qui va de la lecture de textes médiévaux à la lumière de la linguistique textuelle (1988) aux valeurs incarnées par Guillaume Tell comme héros national (1992), en passant par le rôle du comique dans l’histoire de la langue allemande (2000), ou par le Moyen âge dans la bande dessinée (2001), genre qui lui tient à cœur tout comme les expériences corrosives du mouvement DADA. Titre particulièrement significatif de sa force rassembleuse : le volume Textallianzen : am Schnittpunkt der germanistischen Disziplinen (2001), publié dans la série « TAUSCH : Textanalyse in Universität und Schule » qu’il édite auprès du Peter Lang-Verlag. Car Alexander Schwarz sait créer des alliances entre personnalités et matières hétérogènes, qu’il brasse avec humour et convivialité. Partout où la langue allemande, ses implications historiques, littéraires et culturelles sont en jeu, il ajoute son grain de sagesse, d’ironie et d’esprit.

Ce n’est donc pas un hasard si Till Eulenspiegel, le farceur mythique du début de l'ère moderne, prend le devant de la scène dans les recherches et les publications d’Alexander Schwarz. Ce personnage littéraire aux visages multiples, transfrontaliers et translinguistiques, qui prend les expressions figurées au pied de la lettre et qui aime provoquer par ses détournements rusés de la langue et de la logique, semble être un miroir parfait des intérêts multiples d’Alexander Schwarz. C’est pourquoi il l’implante au bord du Lac Léman, par exemple avec un article au titre évocateur de Eulenspiegel am Genfersee (1998), et convie des chercheurs internationaux à bon nombre de colloques à ce sujet. L’espièglerie, expression que la langue française doit à ce héros d’origine allemande, devient dans les mains d’Alexander Schwarz une forme de pratique scientifique prolifique et surprenante. Ce héros attire Alexander Schwarz vers le nord de l’Allemagne, à Schöppenstedt, où tout un musée, avec lequel il collabore étroitement, est consacré à Till Eulenspiegel.

Mais nous, chercheurs et amis, ne doutons pas qu’Alexander Schwarz restera présent parmi nous, tout comme son héros, pour faire encore de nombreuses apparitions aussi amusantes qu’amicales.

Prof. Peter Utz
Section d'allemand

Suivez nous:          
Partagez: